Synopsis

Hélène, jeune fille aussi complexée qu’introvertie, est plongée comme d’habitude dans la lecture d’un de ses contes de fées favori, parfaitement indifférente à tout ce qui l’entoure. Sa mère, excédée par son attitude, émet à voix haute le souhait qu’elle s’en aille pour de bon vivre dans le « monde enchanté » de ses livres !

À compter de cet instant, l’existence grise et routinière d’Hélène va brusquement prendre un tour insensé. Fées en voie d’extinction, chats qui parlent et elfes sexy, c’est de la fiction tout ça… non ?

  • Nouvelle
  • L’Ivre Book
  • 2 avril 2016
  • 83  pages

Quelques mots sur l’auteure

Née en 1974 en Franche-Comté (l’autre pays des Hobbits), Cécile a grandi sans vraiment quitter l’enfance, bercée par des heures de lectures hétéroclites. Le désir d’écrire, d’abord de la poésie (sous le pseudonyme Amapoesia), puis des fictions lui est venu très tôt, comme un exutoire. Aujourd’hui, mariée et mère de deux garçons adolescents, c’est toujours dans l’écriture qu’elle s’épanouit en donnant naissance, à travers ses mots, aux mondes qui peuplent ses rêves.

Ses autres passions, le chant et les chevaux, la tiennent en équilibre entre ses deux mondes, celui de Cécile (épouse et mère) et celui d’Ama (auteure et poétesse… fée aussi, peut-être) .

Mon avis

J’avais déjà eu la chance de lire un ouvrage de Cécile Ama Courtois, Eve aux sables dormant que l’auteure avait eu la gentillesse de m’envoyer. J’avais vraiment apprécié cette lecture, désormais présente dans la liste de mes coups de coeur 2015. Quand elle cherchait des chroniqueurs pour son nouvel ouvrage je n’ai donc pas hésité.

Bien que le style de Mère-Fée soit différent de son précédent roman, tant sur le fond que sur la forme, j’ai retrouvé tous les éléments qui m’ont fait apprécier son précédent roman : du mythe, de l’imaginaire et l’écriture si particulière de l’auteure.

Héléne passionnée de lecture. de monde fantastique, de fées et de tout autre créatures magiques, se retrouve bien malgré elle à la place des héroïnes qu’elle suit dans ses romans. Elle apprendra rapidement qu’elle n’est pas arrivée là par hasard et qu’elle aura un rôle très important à jouer dans cette histoire. A bien des égards, j’ai cru retrouvé des similitudes avec La quête d’Ewilan de Pierre Bottero, oeuvre que l’auteure aime particulièrement si mes souvenirs sont bons.

Petite fille fragile, introvertie et incomprise dans le monde des humais, on la retrouve de plus en plus forte et sûre de ses choix au fil de la nouvelle, un peu comme si cette expérience l’avait fait mûrir.

La relation qu’elle entretient avec Enor est particulièrement belle et intense. Pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture, je ne vous en dirai pas plus sur ce personnage. Comme à la manière de deux adolescents, ils ont un entremetteur bien particulier pour leur permettre de se rencontrer :  un chat qui parle. Bien qu’étant importante, leur relation n’est pas le centre de l’histoire. L’auteure a choisi de nous laisser profiter pleinement de cet environnement magique, de la beauté de ces terres et des êtres qui la peuple.

J’ai beaucoup aimé les multiples références à la littérature apportées à ce livre, comme un écho à la passion que peut éprouver Hélène pour les livres.

Une très belle nouvelle qui nous rappelle combien il est important de garder une part d’enfance et de toujours accepter les autres pour ce qu’ils sont.

Je la conseille à tous les amoureux de fantasy mais pas seulement. Une lecture rafraîchissante que j’ai beaucoup apprécié

Merci à l’auteure pour l’envoi de ce service presse.

Logo JenniferR

0/10
Ma note