Synopsis

« En voulant sauver le monde, j’ai peut-être condamné l’espèce humaine… »

Thomas Drimm, 13 ans moins le quart, est passé du rang de super-héros clandestin à celui d’ennemi numéro 1 des Etats-Uniques. Par sa faute, les végétaux, devenus toxiques, semblent avoir programmé l’extermination des humains. Que veulent les arbres ? Comment entrer en communication avec eux ? Et surtout, comment les réconcilier avec nous ? Plongé au coeur d’un complot diabolique, Thomas dispose de quatre jours pour arrêter la plus hallucinante des guerres.

  • Roman jeunesse
  • Albin Michel

  • Le Livre de Poche

  • 28 Août 2013

  • 288 pages

Mon avis

J’ai lu le premier tome de cette saga il y a quelques temps maintenant. J’avais été enchanté par la découverte de ces personnages et j’avais beaucoup aimé la manière dont l’intrigue avait été amenée.  J’avais le second dans ma bibliothèque, mais,  je ne sais pour quelle raison, je retardais le moment de sa lecture. Ma bookjar ayant décidé pour moi cette fois-ci, je me suis lancée.

Et quelle déception !

Je pense vous avoir déjà parlé de mon amour pour Didier Van Cauwelaert et de cette manière si poétique qu’il a d’amener les choses. Si ce n’est pas le cas, maintenant vous le savez. Et c’est précisément pour cela que je n’ai pas adhérer à cette suite. Je n’ai absolument pas retrouvé ce qui me plaisait tant chez l’auteur. J’ai trouvé le roman longuet, décousu par moments, et l’intrigue en elle-même tirée par les cheveux.

J’ai trouvé Thomas Drimm bien trop sérieux par rapport à ce qu’il m’avait montré dans le premier tome, les personnages pas tellement charismatiques.

Si je mets en rapport l’écriture et le public auquel est destiné ce roman, je pense que certaines allusions, à des philosophes, des courants de pensées ne seront pas comprises par les lecteurs.

J’ai déjà pas mal de sagas à mon actif et il est vrai que j’ai souvent retrouvé ce phénomène dans plusieurs d’entre elles; le fait d’être déçue par le tome 2 après avoir adoré le tome 1 et bien souvent derrière j’apprécie le tome 3. C’est pour cela que je pense quand même me procurer le 3ème et dernier tome pour voir si cela se confirme, d’autant que la fin promet une ouverture pour la suite.

J’en attendais peut-être trop? Peut-être aussi ai-je trop attendu pour lire la suite et que ce style est un peu trop jeunesse pour moi? Je ne sais pas. J’espère seulement que l’auteur me donnera raison de persévérer dans ma lecture.

Logo JenniferR

 

0/10
Ma note