Synopsis

Emportée par sa passion pour le chevalier Hans de Ringstetten, Ondine se noie dans les tumultes de l’amour. Benjamin Lacombe donne ici une version intense et sensuelle de ce célèbre conte romantique. Ses images somptueuses font écho aux peintures raphaélites et par un savant jeu de calques, accompagnent avec une poésie troublante le destin tragique d’Ondine.

  • Conte

  • Albin Michel

  • 30 août 2017

  • 40 pages

Mon avis

Ce n’est plus un secret pour personne, si vous me suivez depuis un moment, vous savez que je suis une fan inconditionnelle des illustrations de Benjamin Lacombe. J’ai reçu ce conte à noël et depuis il me faisait de l’oeil. Je voulais le lire pendant une après-midi où je n’aurais pas le temps de me plonger dans un roman. Aujourd’hui j’avais seulement une petite heure à consacrer à la lecture donc c’était parfait.

Je sais que ce conte existe depuis quelques temps mais je ne l’avais jamais lu. Les illustrations de Benjamin Lacombe offre quelque chose en plus. Plus le conte devient noir, plus les illustrations sont tristes et sombres. Le coup de pinceau est reconnaissable entre mille et offre une dimension poétique supplémentaire.

Concernant les personnages, Ondine est une jeune fille avec un côté bien plus noir que ce que l’on croit : une jeune fille d’apparence humaine mais qui ne peut oublier sa véritable identité – celle d’une fille des eaux – avec des codes et des règles à respecter.

Ce conte ravira tous les aficionados d’histoire d’amour et de mythologie. L’objet livre est une splendeur et saura orner magnifiquement votre bibliothèque.

Logo JenniferR