Synopsis

« C’est l’histoire d’une histoire.
C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes.
C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.
C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire. »

  • 29 juillet 2015
  • Animation
  • 1h46
  • Mark Osborne
  • Paramount Pictures France
  • A partir de 3 ans

Mon avis

Je prends la plume aujourd’hui pour vous parler d’une adaptation cinématographique. Qui n’a jamais entendu parler du Petit Prince. Qui n’a pas lu le livre ou même quelques lignes. Certes, vous me direz que c’est possible mais ça reste quand même un classique de la littérature en tout cas pour moi. (je ferai d’ailleurs une chronique en parallèle avec celle-ci sur l’oeuvre de Saint-Exupéry).

Si je suis allée voir ce film, c’est d’abord et surtout parce-que j’adore l’univers du Petit Prince. Ensuite, en voyant la bande annonce j’ai adoré les dessins et les mélanges de genres. Ni une, ni deux, hier j’étais dans la salle de cinéma.

J’ai tout de suite était frappée par la poésie qui se dégageait de ce film. Dès les premiers mots on se retrouve plongé dans l’histoire car ça reprend exactement l’histoire de l’auteur.

J’ai retrouvé certaines influences à l’univers de Tim Burton comme :

la société bien rangée, sans loisirs, ou seul le travail compte
le mélange des genres animation / dessin
les personnages sombres
le rapport à l’enfance et à l’imaginaire
la bande son
Ce qui n’est pas pour me déplaire vu que c’est un réalisateur que j’adore.

Ici, il est question d’une petite fille qui veut rentrer à l’Académie Verte. Après son échec à l’examen d’entrée, elle déménage avec sa mère dans une maison qu’elle à eu pour une bouchée de pain (elles comprendront très vite pourquoi).

Sa mère lui concocte un programme de remise à niveau qui lui permettra, elle en est sûre d’intégrer coûte que coûte l’académie à la rentrée malgré son échec. Une seule façon d’y arriver : organisation et travail. Sa mère travaillant beaucoup, la petite fille se retrouve souvent seule face à son programme en totale autonomie de travail. Après un incident, elle fera bien malgré elle la connaissance de son vieillard de voisin qui n’a pas l’air d’avoir envie de grandir. Cet événement lui permettra de faire la connaissance avec l’histoire du Petit Prince.

Dans le livre, c’est un narrateur qui parle. Ici, nous retrouverons le même phénomène puisque c’est à ce vieillard (aviateur comme Saint-Exupéry) qu’incombera cette tâche. Une amitié sincère naîtra entre les deux personnages malgré leur différence d’âge avec en toile de fond l’histoire du Petit Prince.

J’ai adoré la manière dont l’histoire était racontée. L’innocence qui se dégageait de ces deux personnages, la part d’enfance de la jeune fille qui permet au Petit Prince d’exister aussi à travers ses yeux. Elle se mettra alors en tête de le retrouver pour faire plaisir à son ami qui lui ne l’a jamais oublié et qui chaque soir regarde les étoiles pour continuer à l’entendre rire.

Le personnage de fiction qu’est le personnage du Petit Prince devient alors réalité lorsqu’elle le rencontre en chair et en os quelque part sur la Terre. Pourtant il a changer et nie tout en bloc. Son innocence et son insouciance semble avoir disparu. Mais c’était sans compter sur l’abnégation de la petite fille. Petit à petit, elle lui rappelle son passé, ses rencontres… Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir si vous décider d’aller le voir.

Pour ma part j’ai trouvé cette adaptation très poétique. Je suis rentrée très facilement dans l’univers et j’ai pu me laisser entraîner là ou le réalisateur voulait nous emmenait. Je reconnais cependant que certaines libertés ont été prise dans l’adaptation et que cela peut en déranger certains. Personnellement, j’ai trouvé au contraire que ça donnait une continuité à l’oeuvre de Saint -Exupéry.

La bande son participe aussi très largement à cet univers onirique et poétique. Vous l’aurez compris c’est un gros coup de coeur pour moi et je vous le conseille très vivement.

Le Petit Prince nous rappelle toujours que

On ne voit bien qu’avec le coeur l’essentiel est invisible pour les yeux.