Synopsis

« Le roi Manfred se meurt, et le royaume d’Abhorn vacille dans le souffle irrégulier du monarque. Son fils aîné, le prince-servant Haert, à qui reviendrait légitimement la couronne, se protège des complots en éliminant tous ceux qui se dressent entre le trône et lui. S’il a le soutien de dame Katryn, son épouse et maîtresse intrigante aux sombres secrets, il s’attire l’inimitié de son frère, Saulen, et de sa sœur, Elvire, qu’il écarte habilement du pouvoir. D’autre part, il a dissout la compagnie des Dames d’Yssel, commandée par Moéva d’Arézar.

Cette guerrière-héroïne a pourtant combattu avec lui pour repousser l’assaut des Pillards pourpres et a tout perdu dans la bataille. Mais elle doit à présent s’exiler en Outre-Ezard. De son côté, Brilliân, premier-chevalier attitré de la princesse Elvire, part enquêter dans cette région dont il est originaire, car il y pressent l’éveil d’une menace. Il croise Moéva en route et voyage avec elle. On a confié à la mercenaire la garde d’une jeune lunarelle, descendante des demi-elfes, aux pouvoirs magiques naissants.

Mais surtout, au-dessus de ce monde fragile, la lumière d’Yssel, l’étoile reine du ciel et protectrice de la terre, faiblit dangereusement sans que personne ne s’en aperçoive. La véritable guerre n’a peut-être pas encore commencé, et son enjeu dépasse probablement les frontières du royaume »

  • Roman fantasy
  • La Bourdonnaye
  • Imaginaires
  • 22 avril 2015
  • 336 pages

Quelques mots sur l’auteure

« Les lettres modernes, l’histoire de l’art et la psychologie clinique ont permis à Linden Oliver d’élargir sa culture ainsi que sa compréhension de l’homme et du monde. Dans le cycle des Pèlerins d’Yssel, elle nous invite à nous pencher sur la beauté et la fragilité de la vie, sur le mystère de la mort. Aventures, ésotérisme et érotisme enrichissent cet univers de fantasy médiévale »

Mon avis

A première vue, Les pélerins d’Yssel n’est pas dans mon style de lecture. En effet, la fantasy ne faisait pas partie de mes styles de prédilection. L’auteure cherchait des chroniqueurs pour son roman, je me suis lancée, espérant avoir une bonne surprise, découvrir d’autres choses.

Bien m’en a prit car je l’ai dévoré malgré mes réticences. Je n’ai pas pour habitude de lire des romans avec des longs passages descriptifs car je finis toujours par trouver ça ennuyeux. Ici, grâce à l’écriture simple de Linden Oliver et avec un petit temps d’adaptation je n’ai eu aucun mal à rentrer dans son univers.

Les différents personnages semblent avoir chacun un passé qui, dans un sens, les rapprochent. On fait connaissance avec eux dans leur présent tout en comprenant que leur passé est un héritage complexe et qu’il impacte forcément sur ce qu’ils sont aujourd’hui.

J’ai aimé la manière dont tout ceci a été expliqué simplement mais aussi la façon dont l’auteure a eu d’amener ses personnages à changer, évoluer et se révéler. Elvire, jeune fille frêle, toute sage, qui suit les règles qui lui sont imposées sans se rebeller commence petit à petit à s’affirmer de la manière la plus belle qui soit.

Dame Moéva – Dame d’Yssel -, se relève d’une grande bataille pour le royaume d’Aborhn de laquelle elle sort victorieuse mais en ayant perdu pas mal de guerrière de son rang.

Je qualifierai ces deux personnages de principal car c’est eux que l’on suit en priorité bien que les personnages secondaire aient aussi une grande importance pour le déroulement de l’histoire. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir durant la lecture.

Ce premier opus est en tout cas très prometteur et je me languis de découvrir la suite de l’histoire et la manière dont tous les personnages feront face à leur destin.

Merci à l’auteure pour sa confiance et le prêt de cet ouvrage.

Logo JenniferR