–Je veux aller à l’école maternelle.
–Mais tu es infirme.
–Je veux lacer mes chaussures.
–Mais tu es infirme.
–Je veux faire du judo.
–Mais tu es infirme.
–Je veux faire du ski.
–Mais tu es infirme.
–Je veux être batteur.
–Mais tu es infirme.
–Je veux passer mon permis de conduire.
–Mais tu es infirme.
–Je veux devenir coach sportif.
–Mais tu es infirme.
–Je veux me marier et avoir des enfants.
–Mais tu es infirme !
Depuis que je suis tout petit, j’entends dire que je suis infirme. C’est pourquoi je n’ai eu de cesse de vouloir faire mentir les pronostics et donner tort à ceux qui, par ignorance, par bêtise, par peur, par dérision ou par indifférence, ne me croyaient capable de rien.
Avec ce livre, je souhaite exercer mon droit de réponse. Oui je suis handicapé, oui je suis un infirme moteur cérébral, mais aujourd’hui j’affirme haut et fort que je sais lire et écrire, que je peux lacer mes chaussures moi-même, que je peux descendre tout schuss une piste noire, que je peux jouer de la batterie, tenir un volant, et même, faire l’amour à toute heure du jour ou de la nuit.
Vous ne m’en croyez pas cap’ ?
Eh bien, ouvrez ce livre.
Et laissez-vous surprendre comme la vie en a le secret.

Auteur : Olivier James et Jean-Marc Longval

Genre : Autobiographie

Nombre de pages : 455

Maison d'édition : James OW

Date de parution : 30 juin 2018

Mon avis


Olivier James. Ce nom ne vous dit surement rien, mais pour moi il évoque tellement de choses. J’ai connu ce personnage, car oui c’est bien d’un personnage dont on parle, il y’a maintenant une vingtaine d’année. A l’époque j’avais 8 ans, lui pas encore 30. Je débutais plus ou moins dans ma vie de sportive, lui dans celle de coach sportif pour personne en situation de handicap. Le comble pour une personne handicapée me diriez-vous, mais il suffit d’avoir croisé sa route pour voir que, finalement, l’handicap n’est que dans celui qui le regarde.

Bref, ça c’était pour vous contextualiser un peu la chose. Dans la vie d’Olivier James tout est une question de défi. D’abord la vie. Parlons-en de la vie, si pour certains elle débute facilement, pour lui, moi et encore d’autres, faire sa place dans ce monde résulte d’un combat. Et puisqu’on s’est battus pour l’avoir cette vie, autant en profiter au maximum. Car oui, si vos parents vous donne la vie, vous accompagne sur son chemin parfois compliqué, c’est à vous qu’il appartient de décider ce que vous voulez en faire.

Supercap c’est juste le parfait exemple. Un homme qui naît avec un petit quelque chose en plus, dans une famille soudée, et un frère jumeau, pas si ressemblant que ça au premier abord. Et pourtant.

Je vous le répète, je connais Olivier depuis des années, j’ai découvert de lui beaucoup de choses en lisant ce livre. Je me suis reconnue, révoltée de certaines situations, que j’ai connues moi-même. je suis passée par toutes les émotions, du rire aux larmes, du rire avec des larmes aussi. Ce livre est un concentré de beaucoup de choses. De courage d’abord, d’abnégation, de bonheur, de force, d’incompréhension envers les institutions aussi.

Les pages se sont tournées avec une facilité déconcertante. En moins de temps qu’il en faut pour le dire je l’avais terminé. Non pas qu’il soit court, bien que personnellement j’aurai aimé que ça dure encore et encore, mais j’étais tellement prise dans ma lecture que je n’ai pas pu m’arrêter.

La force qui se dégage de ce bouquin est telle qu’elle fait aussi réfléchir sur la manière que nous avons de gérer chaque jour nos petites déconvenues du quotidien. En lisant ces lignes on en ressort différent, et si vous en doutez encore, tentez l’aventure.

Face à l’adversité, face à la peur, face à la guerre, je compte bien résister. Et si je dois m’armer et me réarmer ce sera de courage. Et encore de courage.

Olivier James

Classés dans : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *