Synopsis

De retour après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d’une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu’amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s’annonce déjà comme un triomphe. C’est alors que la belle Mary est retrouvée morte. De toute évidence, Agatha n’était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale.

  • Roman policier

  • France Loisirs

  • Piment noir

  • 3 novembre 2016

  • 246 pages

Mon avis

Quelques mots sur M.C.BEATON (1936-)

Née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C.Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin (plus de 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde).

M.C.Beaton, auteure britanique de la saga Agatha Raisin

Ce que j’en pense …

J’ai acheté Pas de pot pour la jardinière sur les conseils d’une des libraires à France Loisirs pour mon achat trimestriel. Connaissant mon attrait pour les enquêtes et les romans policiers elle m’a donc assurée que je passerai un bon moment. Je lui ai fait confiance.

L’histoire  

L’histoire se passe dans une petite bourgade en Angleterre, un petit village vraisemblablement sans passé croustillant. Un petit village où tout le monde se connait et s’apprécie … du moins en apparence.

On est vraiment dans une atmosphère à l’anglaise avec tous les stéréotypes que l’on connait : le thé, les personnalités extravagantes, l’humour anglais. Sur fond de meurtre, on retrouve tout le microcosme de la société anglaise. Les relations se font et se défont dans un espèce de huis-clos qu’est le village de Carsely. Le décor est planté dès le départ. En lisant la 4e de couverture, sans trop d’efforts, on comprend que cela tournera autour de trois personnages : Agatha Raisin, Mary Fortune et James Lacey. Mais on comprendra vite que l’histoire est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait.

Les personnages

Tout au long du roman, on rencontre toute sorte de personnage passant de l’homme et la femme lambda au policier ou encore l’homme d’église. Chacun d’entre eux à sa personnalité propre, certainement dicté par son passé. Passé que soit dit en passant on ne connait pas,excepté celui d’Agatha Raisin. Il y a des personnages extravagants, d’autres beaucoup plus secret et introverti. Ce roman rassemble vraiment tous les caractères que l’on peut trouver dans une société, et avec eux, tous les sentiments que nous pouvons ressentir à leurs égards. Je dois avouer que beaucoup d’entre eux m’ont horripilé mais je pense que c’est voulu par l’auteur.

L’écriture

Ce roman a été très rapide à lire : l’écriture est simple, parfois même un peu trop pour moi. C’est certainement dû au fait que ma lecture précédente était un roman remplit de description. Pour moi , cela participe à la légèreté ressentie vis-à-vis de l’histoire malgré le sujet évoqué potentiellement grave. Très peu de descriptions, des phrases courtes et énormément de dialogues qui rythment la narration.

Conclusion 

J’ai passé un bon moment et pourtant, certains passages m’ont paru longs. L’histoire est sympa sans être révolutionnaire. Je pense que cela peut être une bonne lecture d’été mais il ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Logo JenniferR

0/10
Ma note