Série Netflix | Unorthodox

le 13 avril 2020 à 19:14:29
Une jeune femme de confession juive ultra-orthodoxe quitte New York pour vivre sa vie de femme libre à Berlin. Bientôt, son passé la rattrape.

Réalisateur : Maria Shrader

Genre : Drame, Biopic

Durée : 240

Production : Netflix

Date de sortie : 26 mars 2020



Mon avis

Unorthodoxune série qui, rien qu’à son titre, interpelle. Il n’en fallait pas moins pour que je m’y intéresse de plus près. Passé le titre accrocheur il fallait bien que je vois de quoi ça parle. Le synopsis a fini de me convaincre, sans compter les deux, trois amis qui m’en avait déjà parlé et les commentaires du moment. C’est, d’après beaucoup, LA série à ne pas manquer. 

Un peu d’histoire

Avant de vous donner mon avis, il me semble important de revenir sur l’Histoire. On rencontre Esty qui fait partie de la communauté juive hassidique de New-York. Elle vit avec sa famille dans un quartier de Brooklyn appelé Williamsburg dans une communauté juive orthodoxe. Ce quartier semble d’ailleurs tout droit sorti du XIXe siècle. Leur façon de vivre et leur tenue vestimentaire est clairement d’un autre temps et quiconque s’aventurerait dans ce quartier ferait un bon historique de quelques centaines d’années. La religion a une place très importante dans la vie de cette communauté. Ils ont pour mission de repeupler la population juive, décimée pendant la Shoah. A ce titre, les femmes mariées se doivent de donner une descendance à leur mari pendant que ce dernier voue une adoration à D.ieu

Parlons de la série

Unorthodoxse scinde en 4 épisodes de 55 minutes. Autant dire qu’on voit rapidement le bout. On rencontre donc Esty, une jeune femme d’une vingtaine d’années, vivant dans une communauté orthodoxe de Williamsburg. Dès les premières minutes du premier épisode, on comprend qu’elle cherche à fuir à Berlin. Nous la suivrons dans sa quête de liberté. On ressent très rapidement que la communauté exerce une pression bien trop forte à supporter pour elle. Bien qu’elle en connaisse les codes et les principes, Esty cherche à acquérir une liberté qu’on refuse à toutes les femmes yiddish. 

Mariée à Yanky, un jeune de la communauté, elle ne peut supporter que les femmes de la famille la questionne. En effet, après un an de mariage, le bébé tant attendu n’arrive pas et une certaine tension apparaît, aussi bien au sein du couple que dans l’entourage familial. 

Puisqu’elle s’enfuit vous comprendrez aisément qu’on cherche à la retrouver. Son mari et son cousin « Moishe » se rendront donc en Allemagne pour la ramener. 

De son côté, Esty découvre en Allemagne un monde qui lui est totalement étranger. Peu à peu, mais non sans difficultés, elle s’émancipe. Berlin, c’est la ville de tous les possibles, de toutes les tentations. 

Unorthodox fait vraiment état de deux mondes. Le premier, cloisonné par les préceptes de la religion où tous les actes sont dictés par des textes sacrés. Le second, occidentalisé où la liberté de mouvement, d’expression et de choix est monnaie courante.

Le jeu d’acteurs

Le casting est particulièrement bien choisi. Chaque personnage trouve sa place, rien n’est en trop. Le jeu est très juste aussi et le fait que les acteurs soient pour la plupart israéliens participe à la véracité de l’histoire. J’ai d’ailleurs oublié de préciser que la série était tirée de faits réels. Mais si je devais ne garder qu’une interprétation, ce serait clairement celle d’Esty. Shira Haas est vraiment exceptionnelle dans son rôle. Certainement une des raisons pour lesquelles on s’attache si vite au personnage. Pour ma part en tout cas.  

Le scénario est monté de telle manière qu’on suit son présent mais également les raisons qui l’ont poussées à prendre une telle décision. En ce sens, il est important de bien suivre, car il peut être parfois difficile de faire la différence entre les deux temporalités. Du moins au début,une fois qu’on a compris le principe ça va tout seul.

Les sujets abordés

La religion : difficile de passer à côté puisque c’est le sujet central de la série. Pour les non initiés (et j’en fais partie) on pourrait croire qu’il est difficile de tout assimilé. Très franchement , ce n’est pas le cas. Bien que la série soit sur fond de religion on n’est pas abreuvés de termes trop abstraits.

La liberté : Là aussi c’est un thème central. Liberté de mouvement, d’opinion, d’expression. Toutes ces formes sont bien présentes mais c’est plus particulièrement de liberté de la femme dont il est question. Exister en tant que telle et non pas pour quelqu’un. Pouvoir disposer de son corps comme on l’entend, s’échapper des dictat et pouvoir choisir sa vie.

La tolérance : Ce n’est peut-être pas celui qui saute aux yeux au premier abord et pourtant …

Quelques précisions toutefois : selon moi, certaines scènes pourraient être compliquées à regarder. La VOSTFR est bien meilleure que la VF

Je conseille vivement cette série.

Je ne veux me battre pour tout.
Je veux juste être et faire, avec personne pour me dire qu’ils me le permettent.

Pearl Abraham, « The Romance Reader ».

Classés dans : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *